Mesure des résultats


Image courtesy of SPREP PEBACC Project


La nature d’ordre stratégique et général du présent Cadre rend la mesure des progrès accomplis beaucoup plus difficile que pour de nombreux autres accords environnementaux. Le Cadre 2021-2025 évite délibérément de fixer des objectifs quantifiables, considérant que la fixation de tels objectifs ressort du droit et de la responsabilité des États et des territoires insulaires océaniens dans le cadre de leur engagement avec la CDB et de leurs propres procédures de planification nationales. Il a également été jugé que la faiblesse des capacités pourrait empêcher la détermination d'un ensemble d'objectifs et d'indicateurs régionaux pour la conservation de la nature accompagnés de leur propre régime de suivi et de notification, vu que, dans de nombreux cas, la rédaction de comptes rendus nationaux à communiquer à la CDB constitue déjà une charge de travail extrêmement importante pour les responsables. La mise en place de systèmes de mesure des résultats a toujours été une tâche ardue pour tous les cadres et stratégies d'action antérieurs en matière de conservation de la nature dans le Pacifique.


Dans le Pacifique, les systèmes de surveillance environnementale et de production de comptes rendus ont considérablement évolué au cours des cinq dernières années. Le projet de gestion des données « Inform », dirigé par le PROE, a produit un ensemble d'indicateurs environnementaux nationaux de base destinés à aider les États et les territoires insulaires océaniens à s'acquitter de leurs obligations nationales et internationales en matière de rédaction de comptes rendus. Ces indicateurs ont été conçus pour être reproductibles, ce qui permettra de faire ressortir des tendances dans les principaux aspects de la santé environnementale ; ils sont à la base du Rapport régional 2020 sur l’état de l’environnement et sur la conservation dans le Pacifique insulaire (REC). Étant donné que ce rapport est produit aux mêmes intervalles quinquennaux que le Cadre, il semble logique de le considérer comme son mécanisme de suivi.


Il est recommandé que le prochain examen du Cadre, prévu pour 2025, comprenne une évaluation qualitative des progrès accomplis en vue de l’atteinte des six objectifs stratégiques en se fondant sur les tendances des séries chronologiques révélées par les indicateurs d’Inform dans la dernière version du REC, ainsi que sur d'autres jeux de données régionaux utiles. Le cas échéant, cette évaluation peut être incluse dans le REC. L’intention est de proposer une approche flexible et adaptative, prenant en compte les jeux de données et les indicateurs environnementaux nouveaux et antérieurs. La consolidation des liens explicites entre le REC et le Cadre sera une priorité essentielle au cours des premières étapes du prochain examen de ces deux documents.


Parmi les autres approches possibles de l’évaluation des progrès, on peut citer la préparation et l'analyse des rapports nationaux produits pour la CDB, si cela est souhaité ; et la collaboration avec les organisations membres de la PIRT et les agences donatrices pour suivre leur application du Cadre au fil du temps. Ces analyses peuvent représenter des charges de travail extrêmement importantes, et devront être financées comme il se doit.