Principes régissant les activités de conservation de la nature dans le Pacifique


Solomon Islands , Honiara Fishing village - Stuart Chape


À propos des principes : un code de conduite pour la mise en œuvre des programmes de conservation de la nature

Les présents principes énoncent les éléments essentiels à la bonne marche des projets de conservation de la nature dans les contextes du Pacifique. Ils ont été conçus en tant que guide pour la conception, la mise en place, l'exécution et la pérennisation des programmes de conservation de la nature dans le Pacifique. Ils s'appliquent à toutes les initiatives de conservation entreprises dans la région du Pacifique, et pas seulement à celles qui s’inscrivent expressément dans le présent Cadre.


Les neuf principes se soutiennent mutuellement, sont indivisibles entre eux et s'appliquent à l'ensemble des six objectifs stratégiques du Cadre. Leur application induira des relations plus riches et plus respectueuses entre les organismes de conservation de la nature et les populations du Pacifique, et à une importante amélioration de la capacité de conservation de la région, avec des progrès correspondants en direction de la concrétisation de la vision et de l'atteinte des objectifs du Cadre.




Principe 1 : Respect des droits des populations

Les populations locales et autochtones du Pacifique ont le droit de posséder, d'exploiter, de gérer et de conserver leurs ressources naturelles et leur environnement en général.

Les partenaires nationaux et internationaux prendront en considération, respecteront et défendront activement :

  • Les droits de propriété communautaires, tels que les droits traditionnels aux ressources naturelles et la propriété intellectuelle des autochtones eu égard aux ressources naturelles et aux savoirs culturels.

  • Les pratiques locales en matière de prise des décisions.

  • Les droits qu’ont les populations de concevoir des recherches, de les diriger, de les publier, et de décider des priorités en cette matière.

  • Les droits qu’ont les populations d’accéder aux informations disponibles sur leurs ressources, sur leur patrimoine naturel et culturel et sur leur société, sous des formes et en des termes appropriés.

  • Les droits qu’ont les populations de créer des potentialités susceptibles de conforter et de pérenniser leurs moyens d'existence et leur bien-être au niveau local.



Principe 2 : Respect d’une approche propre au Pacifique

Les milieux naturels sont au cœur de la culture, de l’identité, du mode de vie et des potentialités de développement des sociétés du Pacifique. La conservation de la nature touche tous les aspects de la vie sociale, culturelle et économique ; elle doit donc se faire de façon conforme aux valeurs, aux priorités et aux aspirations des populations.

Les partenaires nationaux et internationaux prendront en considération, respecteront et défendront activement :

  • Les aspirations des populations en matière de développement et de bien-être.

  • Des approches de la conservation propres au Pacifique, fondées sur une utilisation durable des ressources, sur les expressions et sur le patrimoine culturels, et sur les savoirs traditionnels, autochtones et locaux.

  • Le besoin pour certains acteurs locaux de recourir à leur propre langue et à leurs propres protocoles lorsqu'ils participent à des initiatives de conservation de la nature ou entreprennent de telles initiatives.

  • L'importance de nouer et d’entretenir des relations individuelles et organisationnelles durables avec les sociétés du Pacifique.



Principe 3 : Appropriation des programmes de conservation

La pérennité des activés de conservation dans le Pacifique ne peut être assurée que si les partenaires nationaux et les acteurs locaux en dirigent la conception, la mise en œuvre et l’évaluation.


Les partenaires nationaux et locaux s’engageront à :

  • Exercer et renforcer leurs capacités d'initiative dans le domaine des programmes de conservation.

  • Participer davantage à des activités de conservation et se les approprier, tant en ce qui concerne le secteur privé que les organisations locales (parmi lesquelles les organisations culturelles, spirituelles, commerciales, sportives, de jeunes et de femmes).

Les partenaires internationaux s’engageront à :

  • Respecter, encourager et contribuer au renforcement des capacités des partenaires nationaux et locaux en vue de leur appropriation des programmes de conservation.

  • Faire coïncider tous les programmes de conservation (dont les initiatives régionales et internationales) avec les programmes, les priorités et les aspirations nationaux.

  • Renforcer les partenaires nationaux et locaux et les doter des ressources dont ils ont besoin, en tant qu’alternative à la mise en place d’institutions et d’infrastructures autonomes.

  • Faire en sorte que toute prise de décision cruciale relative à un programme ait lieu dans le pays où cette décision sera appliquée, avec la participation des partenaires nationaux et locaux, et en tenant compte de leurs propres priorités en matière de conservation.



Principe 4 : Longévité garantie par l’attribution des ressources nécessaires


ILes initiatives en matière de conservation de la nature doivent disposer de ressources adéquates et appropriées en temps opportun, en prévoyant la longévité de ces projets au regard de leurs composantes financières, sociales, organisationnelles et culturelles.


Les partenaires nationaux et internationaux s’engageront à :

  • Faire en sorte que leurs programmes de conservation aient une envergure appropriée et soient financés par des budgets adaptés au contexte local.

  • Assurer une planification stratégique à long terme et une mobilisation des ressources capable de maintenir durablement les activités de conservation entreprises.

  • Adhérer aux bonnes pratiques favorisant les moyens d'existence et le bien-être des populations, telles que la réduction de la pauvreté ou le renforcement de la viabilité financière des collectivités locales par l’exploitation de ressources bioculturelles locales.

  • Élaborer de nouvelles méthodes et nouer de nouveaux partenariats appropriés, et améliorer les méthodes et les partenariats existants, pour assurer la pérennité des ressources et des investissements financiers consacrés à la conservation de la nature.

  • Faire en sorte que les facteurs sociaux, culturels et d'équité propres au niveau local soient pris en compte lors de la prise de décisions concernant le financement de la conservation.



Principe 5 : Responsabilité et bonne gouvernance

La conservation est inclusive, participative, responsable, transparente, équitable et ouverte à l'examen des parties prenantes.

Les partenaires nationaux et internationaux s’engageront à :

  • Renforcer les approches inclusives et participatives en mobilisant la participation de toutes les parties prenantes, notamment les représentants des populations locales, lors de la conception, de la mise en œuvre et de l’évaluation des programmes de conservation, ainsi que pour la communication et pour la rédaction de comptes rendus à leur sujet.

  • Faire en sorte que soient présents des systèmes conçus pour permettre une pleine transparence et le plein respect de l’obligation de rendre des comptes aux personnes affectées par la mise en œuvre des programmes de conservation et les services de règlementation environnementale.

  • Prendre en considération et appliquer les principes de l’équité intergénérationnelle et de l’égalité des sexes dans toutes les activités.

  • Encourager et favoriser l’adoption, à une échelle de plus en plus large, de modèles de conservation s’inspirant des bonnes pratiques et au meilleur coût.

  • Élaborer et mettre en œuvre des politiques durables et efficaces, appliquées par tous les organismes publics et à tous les niveaux de gouvernance.

Les partenaires nationaux s’engageront à :

  • Définir des procédures claires et normalisées en vue de l’établissement, de l’entrée en activité et de la responsabilisation des partenaires internationaux dans le cadre d’accords formels. Ces derniers devraient comporter un code de conduite prévoyant des conséquences clairement définies en cas d’infraction, et des mécanismes destinés à assurer la transparence des activités.

  • Mettre en place des systèmes conçus pour consigner les activités de tous les partenaires en fonction des priorités nationales et locales (par exemple en ce qui concerne les SPANB).

  • Fixer des critères dont l’application sera facile à mesurer pour faire en sorte que des progrès soient bien accomplis en vue de l’atteinte d'objectifs bien définis en matière de conservation, chaque partenaire ayant la responsabilité d’assumer ses engagements et de rendre compte des résultats obtenus.

Les partenaires internationaux s’engageront à :

  • Adopter des systèmes qui garantissent la transparence de leurs programmes au niveau national et l'obligation de rendre des comptes à leur sujet.

  • Communiquer aux partenaires nationaux en temps opportun des rapports transparents et détaillés sur les programmes de conservation, portant notamment sur la mise en œuvre des priorités définies dans les SPANB. Des comptes rendus au format approprié doivent également être fournis aux partenaires locaux.



Principe 6 : Coordination et collaboration

La conservation est plus efficace lorsque les partenaires coordonnent leurs activités, collaborent et œuvrent à l’intérieur d’un cadre stratégique.


Les partenaires nationaux s’engageront à :

  • Faire en sorte que les SPANB et les programmes de conservation conçus localement suivent bien une orientation stratégique, soient ciblés et fixent clairement les priorités d’action locales.

  • Jouer un rôle de coordonnateur entre les différents partenaires, en désignant par exemple des référents nationaux et locaux pour la coordination des SPANB et des autres activités de mise en œuvre des programmes.

Les partenaires internationaux s’engageront à :

  • Agir dans le cadre de la législation, des politiques, des stratégies, des programmes et des priorités tels que déterminés par les partenaires nationaux.

  • Collaborer les uns avec les autres pour définir et mettre en œuvre ensemble les analyses, les stratégies et les priorités convenues, et pour garantir une bonne coordination des actions politiques afin d’éviter les doubles emplois et les incohérences.

  • Éviter de mettre en œuvre des programmes faisant directement concurrence à ceux des partenaires nationaux sur le plan des projets et du financement.

  • Renforcer les partenariats existants à vocation culturelle, novateurs et axés sur les résultats, et faire éclore de nouveaux partenariats similaires.

  • Œuvrer à la prise en compte des jeux de données environnementales et d'autres formes d'informations pertinentes, pour les mettre à la disposition des partenaires nationaux et locaux dans des formats accessibles.



Principe 7 : Renforcement des capacités du Pacifique

Le renforcement des capacités nationales, infranationales et locales pour la conception, la définition des priorités, l’orientation, la gestion, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des programmes de conservation de la nature.

Les collectivités locales et les partenaires nationaux s’engageront à :

  • Renforcer les capacités et les organisations pour une conservation effective et durable de la nature grâce au développement continu des capacités.

  • Faire en sorte que la conservation de la nature soit continuellement améliorée par la consignation, par la diffusion et par la prise en compte des enseignements tirés et des bonnes pratiques.

  • Renforcer les capacités avec les organisations locales et en leur sein (organisations culturelles, religieuses, sportives, de jeunes et de femmes), ainsi qu’avec et dans le secteur privé.

  • Renforcer les capacités des professionnels de la conservation à employer des concepts et des outils adaptés, dont ceux du secteur privé.

Les partenaires internationaux s’engageront à :

  • Soutenir les partenaires nationaux dans les efforts qu’ils déploient pour créer des institutions efficaces et durables.

  • Soutenir les partenaires nationaux et les communautés dans le développement de compétences fondamentales telles que les qualités organisationnelles, la gestion de projets, le suivi scientifique et le financement.

  • Faire en sorte que leur présence dans les pays ne compromette pas la création d’institutions ou le renforcement des capacités aux niveaux local ou national.

  • Contribuer à l’adoption de pratiques optimales par leurs partenaires nationaux et locaux en consignant, en diffusant et en mettant en œuvre les enseignements tirés.



Principe 8 : Renforcement de la résilience

Mener des activités de conservation de la nature qui favorisent la résilience et le bien-être des populations du Pacifique face aux perturbations soudaines ou à long terme.


Les partenaires nationaux et internationaux s’engageront à :

  • Réaliser des programmes et des projets mettant l’accent sur le renforcement de la résilience et des capacités d’adaptation des populations, des cultures et des environnements du Pacifique.

  • Encourager l'emploi de solutions naturelles innovantes, locales et ancrées dans la culture, en s'appuyant sur des réseaux d'apprentissage appropriés et sur les meilleures connaissances disponibles.

  • Aider les populations à mener des activités de conservation de la nature en appliquant des approches et des principes de gestion écosystémique et d'adaptation à leur contexte local.

  • Protéger les savoirs traditionnels, autochtones et locaux, et aider les populations à tirer parti de ces savoirs pour la résilience et pour l'adaptation.